L'Attente

Publié le par Eryndel Lùvalan

Celui-là, je l'ai écrit en mars 2007, pendant la période où j'attendais de savoir si j'étais admissible aux écrits du capes, et donc si j'allais pouvoir passer les épreuves les plus importantes : les oraux du mois de juin.

Dessous le ciel de plomb
Le temps paraît bien long

A ceux qui voient dans l'onde
Les larmes du passé
A ceux pour qui le monde
S'est pour un temps figé

Le visage tourné vers la mort et la peine
Dans l'attente sans fin d'une espérance vaine

Dessous le ciel de plomb
Le temps paraît bien long

A ceux qui sous la pluie
Voient leurs espoirs brisés,
A ceux pour qui la vie
N'est que suite d'arrêts

Le visage levé vers la douleur la peine
Dans l'attente sans fin de l'espérance vaine

Dessous le ciel de plomb
Le temps paraît bien long

A ceux qui sous la pluie
Voient mourir le passé
A ceux pour qui la vie
S'est à jamais figée

Le regard affligé par la douleur la peine
Dans l'attente sans fin d'une espérance vaine


©eryndel

Publié dans poésie - sentiments

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article