La folie de Madame Thana (2)

Publié le par Eryndel Lùvalan

... Un mouvement imperceptible à la périphérie de son champ de vision attira son attention. Elle sourit, et se plongea dans sa contemplation discrète, tout en feignant de lire ses magazines.

Ce jour-là, ses "hallucinations" étaient plus visibles que d'ordinaire : on commençait à lui faire un peu confiance, semblait-il ! Et c'était tant mieux. En fait, on lui faisait même énormément confiance, tout à coup... car sans que la vénérable femme eût pu se douter de ce qui allait arriver, l'un de ses compagnons impalpables s'interposa entre la page de magazine et ses yeux. 

Madame Thana se figea. Elle écarquilla les paupières. Elle laissa échapper un "Oh !" incrédule, et laissa glisser à terre sa revue, oublieuse de tout, sauf de la minuscule créature qu'elle avait devant les yeux.

"Qui êtes-vous ?" souffla-t-elle, émerveillée. La lumière blanche qui émanait de cet être aux contours flous l'empêchait de bien distinguer ses traits, mais elle était certaine que des ailes vibraient dans son dos, et que des yeux noirs la fixaient à travers l'aura lumineuse.

Elle n'obtint pas de réponse, mais les autres, qu'elle percevait encore du coin de l'oeil, vinrent à leur tour voleter face à elle. Fascinée, les paupières plissées à cause de leur éclat, elle ne se lassait pas de les admirer, et les remerciait muettement de l'honneur qu'ils lui faisaient. Et eux, ils la fixaient en retour, face à elle, toujours plus nombreux, silencieux, éblouissants.

Oui, éblouissants ! Toute cette lumière lui vrillait les pupilles, lui brûlaient la rétine, mais elle l'acceptait sans peine, reconnaissante, car la douce chaleur qui émanait d'eux soulageait ses rhumatismes. La vieille dame tendit la main, mais ne rencontra que le vide ; ces créatures étaient impalpables, hélas ! Elle se résigna donc à juste les regarder, s'efforçant de ne pas fermer ses paupières fripées. Et plus le temps passait, plus ils étaient nombreux à la regarder ; ses iris bleu pâles disparaissaient dans les rayons blancs des êtres lumineux pas plus gros que des pois.

      *********

      Trois coups frappés à la porte. "Entrez !" lança Madame Thana, sur un ton cordial qui surprit l'infirmière habituée à un accueil plus ronchon. La jeune femme obéit, et se dirigea vers le fauteuil d'où, recroquevillée dans son châle, sa patiente regardait par la fenêtre.

"Vous êtes bien aimable, aujourd'hui, Madame ! lança-t-elle en souriant. Allez-vous enfin accepter de prendre vos médicaments ?

- Oh, non ! lui répondit-on. Je n'en ai pas besoin."

En parlant, la vieille femme avait tourné la tête vers l'infirmière, un sourire tranquille aux lèvres, détendue comme elle ne l'avait jamais été depuis son arrivée dans cette maison de repos. Mais au lieu de s'en réjouir, l'aide soignante sursauta, recula silencieusement,  s'écria :

"Mais que vous est-il arrivé ?"

Un rire heureux lui répondit. Jamais plus Madame Thana n'aurait à supporter la vue de ces hommes et femmes aseptisés, au visage d'automate. L'obscurité bienfaisante que lui avaient offert ses amis lumineux avait remplacé le monde qui l'entourait : elle était devenue aveugle.

Publié dans nouvelles

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
A
<br /> <br /> Ce personnage me fait penser au dames des maisons de retraites dont s'occupe ma belle soeur. Elle m'en parle souvent, car elles ont plein de visions inquiétantes pour les soignants, comme par<br /> exemple leur mari décédé ou leur enfants qui ne viennent jamais les voir et avec qui elles pensent partager leur chambre (elles discutent avec, etc). Qui peut leur en vouloir? Se réfugier dans le<br /> fantastique pour échapper à la réalité, c'est un peu ce que cherche l'écrivain, non ? <br /> <br /> <br /> Bon dimanche à vous aussi !<br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
E
<br /> <br /> Ce que vous me dites là me fait plaisir, car je n'étais pas certaine que ce que je raconte ici ait un fond suffisamment réaliste - et j'aime bien mêler réalisme et fantastique dans mes textes !<br /> <br /> <br /> Comme tu dis, c'est un peu ce que cherche l'écrivain, que se réfugier dans le fantastiques. Alors, serions-nous tous fous, nous qui préférons l'imaginaire à la vraie vie ?  <br /> <br /> <br /> <br />
A
<br /> <br /> je vois que vous aussi, vous écrivez dans un genre fantastique, même si c'est pour adultes ! Je vais continuer la nouvelle, je vous laisserais un petit mot à la fin. A bientôt.<br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
E
<br /> <br /> Merci beaucoup, Ayaquina ! J'ai hâte de lire la suite de votre nouvelle. A bientôt ! <br /> <br /> <br /> <br />
T
<br /> <br /> Un magnifique chute<br /> <br /> <br /> Un sage dont j'ai oublié le nom a dit un jour que si tous les hommes étaient aveugles disparaitraient toutes les inégalités, le rascisme la beauté  la laideur et toutes autres sortes<br /> d'appréciations physiques de quoi c'est sur retrouver la paix et la sérènité interieure<br /> <br /> <br /> Bon dimanche Eryndel<br /> <br /> <br /> Amitiés<br /> <br /> <br /> Tony Yves<br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
E
<br /> <br /> J'ignorais cela, mais je le retiendrais, et j'essaierai de trouver le nom de ce sage.<br /> <br /> <br /> Bonne soirée<br /> <br /> <br /> <br />
G
<br /> <br /> Je trouve la fin assez...morbide, mais malgré tout joyeuse. En somme j'adore, sincèrement, ce texte est une réussite. De plus, la pointe de folie du personnage est vraiment bien mise en<br /> avant.<br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
E
<br /> <br /> Merci, ravie que ce texte te plaise.<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> <br />
É
<br /> <br /> Juste un petit bonjour,<br /> <br /> <br /> Je viendrais lire tes deux nouvelles ce week-end, j'aime prendre mon temps..(que je n'ai pas là, il faut que j'aille chercher mes petites filles à l'école !!)<br /> <br /> <br /> Belle fin de journée...écéa.<br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
E
<br /> <br /> Merci Ecéa, c'est gentil de passer dire bonjour ! Pour ma part, je n'en aurai pas le temps ce week-end, car j'ai du monde à la maison. Je ne ferai donc que quelques brefs passages.<br /> <br /> <br /> Amitiés<br /> <br /> <br /> <br />