La Harpe des Neiges

Publié le par Eryndel Lùvalan

Tous les soirs, à la veillée, les habitants de Gal se réunissaient sur la place de leur village. Et tous les soirs, Nivienne jouait de sa harpe pour eux, illuminant leurs coeurs ravis de mélodies limpides comme l'eau des sources claires. Alors, ils oubliaient leurs soucis, leurs chagrins ; ils avaient soudain conscience des étoiles qui piquetaient le ciel satiné comme autant de joyaux ; ils respiraient avec délices l'air frais et vivifiant de la nuit qui se glissait parmi eux pour écouter Nivienne donner vie à la beauté du monde ; tout leur semblait plus proche, plus net, plus présent, tandis que coulaient les notes liquides... Et la jeune fille, ses longs doigts fins caressant les cordes de l'instrument, ses cils recourbés gracieusement effleurant sa joue blanche, semblait rayonner d'un pâle éclat sous la lune qui se reflétait dans sa chevelure d'argent.

Oui, tous les soirs, l'enchantement enveloppait le village et le temps sembler s'arrêter. Tous les soirs... Mais pas celui-là. Car cette fois, la place occupée d'ordinaire par Nivienne était vide, au grand désarroi des villageois.

"Que se passe-t-il ? Où est-elle ?" murmurait-on de tous côtés. Le brouhaha dominait la place qui s'assombrissait avec le coucher du soleil. C'est alors qu'apparut le père de Nivienne, le front plissé, le regard soucieux. Le silence se fit, et chacun fut frappé par son côté insolite à cette heure-là. L'homme s'éclaircit la voix, baissa la tête quelques instants, la releva et, balayant l'assemblée du regard, il prit la parole.

"Amis, dit-il, sans quitter cet air soucieux. La harpe de Nivienne lui a été volée, et sans elle, ma fille ne peut plus jouer. Depuis qu'elle s'est rendu compte de sa disparition, elle est au plus mal. Il lui faut sa harpe ; sans quoi, elle en mourra, car vous savez comme moi que cette enfant a besoin de sa musique pour vivre !"

 

Nivienne n'était pas tout à fait humaine, en effet ; sa mère était une elfe de Cristal, peuple qui se nourrissait de musique dès la plus tendre enfance. Cette seule subsistance leur suffisait. A partir de seize ans, on les conduisait dans une grotte que l'on appelait la Salle de l'Orgue, en raison de la forme qu'y adoptaient, au centre, les stalagmites parsemées de cristal de roche. En fait, toutes les parois, la voûte, le sol de cette caverne étaient tapissés de cristaux, les uns minuscules, les autres immenses... Chaque cristal était lié au destin d'un des elfes de ce peuple ; et Nivienne, bien qu'à moitié humaine, partageait également ce lien avec la Grotte de l'Orgue. A seize ans, comme les autres, elle avait été conduite là, pour y reconnaître son cristal.

"Mais comment puis-je savoir où il se trouve ? Il y en a tant ! s'était-elle écriée, perplexe.

- Quand tu t'en approcheras, une douce chaleur se répandra en toi, et en posant la main sur lui, tu le sentiras palpiter sous tes doigts", avait répondu doucement sa mère.

 

C'est en effet ce qu'il s'était produit... Mais alors qu'elle voulait retirer sa main du quartz palpitant, celui-ci l'avait retenue.

"Regarde en son coeur, avait alors déclaré sa mère. Il veut te parler ; c'est pour cela qu'il te retient."

Nivienne avait obéi. Elle s'était penchée, plongeant son regard en lui. Elle avait cru discerner une lueur minuscule, s'était penchée, et soudain, elle avait été aspirée par la lumière. Puis plus rien. Au réveil, une harpe se trouvait à son chevet, un instrument magnifique, qui paraissait de cristal. Cette harpe, c'était une partie de son âme... Et voilà qu'elle avait disparu, laissant la malheureuse elfe de cristal seule, malade et désemparée.

 

(Bientôt la suite.)

Publié dans nouvelles

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
L
<br /> <br /> histoire émouvante et fort bien écrite.....l'émotion est palpable et on brûle de lire la suite....J'ai lu les deux parties et mis un commentaire sur l'autre, mais j'avais oublié de t'en faire le<br /> compliment.....j'aime te lire, ça coule tout seul et c'est toujours palpitant !<br /> <br /> <br /> Bonne soirée et à bientôt!<br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
E
<br /> <br /> Merci ! Je m'en suis doutée que tu avais tout lu, ne t'en fais pas :) et je suis ravie que ce texte t'ait plu, encore une fois...<br /> <br /> <br /> <br />
R
<br /> <br /> Bonsoir Erryndel<br /> <br /> <br /> nous voici donc partie à travers tes jolies lignes de cristal dans un pays magique où la musique vit en chaque habitant, c'est si joli à lire , je me suis soudain transposée à côté de Nivienne ,<br /> je vais l'aider à chercher .................<br /> <br /> <br /> à demain , belle soirée , Romantic.<br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
E
<br /> <br /> Merci Romantic ! Elle en a bien besoin : sans sa harpe, elle mourra...<br /> <br /> <br /> <br />
T
<br /> <br /> Bonsoir Eryndel<br /> <br /> <br /> le petit bout d'enfance qui est toujours vivant en moi adore les jolis contes , je vole donc très vite découvrir la suite<br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
E
<br /> <br /> J'espère qu'elle te plaira !<br /> <br /> <br /> <br />
E
<br /> <br /> ça me plairais beaucoup de me réunir le soir à écouter les champs et conte c'est magique ce que tu écrit j'ai l'impression d'être sur place j'ai hâte de lire la suite bonne soirée ma douce<br /> eryndel a demain bisous féerique evy<br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
E
<br /> <br /> Merci  La suite ne sera peut-être pas postée demain, je risque de rentrer très tard chez moi. Mais je ferai<br /> de mon mieux !<br /> <br /> <br /> A demain ou à mercredi.<br /> <br /> <br /> Amitiés<br /> <br /> <br /> <br />
N
<br /> <br /> Vivement la suite !!!<br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
E
<br /> <br /> La suite sera probablement postée soit ce soir, soit mercredi : demain est ma plus grosse journée de travail, et je n'aurai pas le courage d'écrire en rentrant...<br /> <br /> <br /> <br />