La nuit de l'étrange (12)

Publié le par Eryndel Lùvalan

"Où allons-nous, maintenant ? interrogea doucement Angelica.

- Hé bien... Nous devrions visiter nos deux principaux suspects, je pense ! Mais avant - Nils jeta un coup d'oeil à sa montre - je suggère que nous allions manger un morceau. Il est midi moins dix. Le temps que nous allions chez M. Dolmert ou M. Elohim, il sera probablement près de midi et demie, une heure. Autrement dit, nous les dérangerions pendant leur repas.

- Très juste, reconnut la jeune femme. Allons manger au restaurant le plus proche."

Le repas fut pris en silence. Chacun observait distraitement la salle, s'intéressant qui aux conversations, qui à la physionomie des autres clients. Déformation professionnelle, sans doute... A la fin du repas, ils se regardèrent, se sourirent. La serveuse leur apporta la note. Quand Angelica sorti son porte-feuille, Nils l'arrêta d'un geste.

"Laisse, c'est moi qui invite.

- Mais...

- C'est moi qui invite, te dis-je ! Ca me fait plaisir.

- Bon, d'accord, abandonna-t-elle en rougissant. Hé bien... merci."

Rougissait-elle de gêne ou de plaisir ? L'inspecteur était bien en peine de le déterminer. Cependant, il se dirigea vers le comptoir.

En sortant, sa collègue lâcha soudain :

"La prochaine fois, c'est moi qui paie. Comme ça, nous serons quittes !

- Ca me va..." répondit Nils, amusé et un peu déçu.

Il semblait qu'elle ne voulait pas lui être redevable. Tant pis ! Il aurait essayé... Mais pour le coup, il était temps qu'ils se rendent chez les deux hommes qu'ils voulaient interroger. Ils se séparèrent : la jeune femme se rendrait chez le professeur, M. Dolmert, tandis que l'inspecteur interrogerait M. Elohim.

Le soir, ils devaient se retrouver chez Nils pour échanger leurs impressions sur ces hommes.

Angelica s'éloigna sous le regard de son coéquipier, puis il se mit en chemin à son tour. Tout en marchant, il repassait en mémoire ce qu'il savait de celui qu'il devait voir. En couple. La quarantaine. Employé du trésor public. Auteur de poèmes ésotériques. Ecrivain sans succès. Tandis qu'il tournait et retournait ces éléments dans son esprit, il parvint devant la maison du sujet de ses réflexions. Un homme et une femme parurent sur le perron. Il crut tout d'abord qu'il s'agissait des deux époux, mais comme il se concentrait pour passer inaperçu, il entendit ces mots, qui n'auraient pas été lâchés sans cette faculté à se fondre dans le décor : "File vite, ma petite ! mon épouse ne va plus tarder." Baiser plus qu'équivoque. Départ de la maîtresse de l'occupant des lieux. Claquement de la porte qui se ferme. La demoiselle s'éloigna, faisant claquer ses talons hauts. Elle avait à peine tourné le coin qu'une automobile s'arrêtait devant la demeure et qu'une femme d'âge mûre en sortait.

Préconisant qu'il s'agissait cette fois de l'épouse, Nils s'avança, rompant avec son "invisibilité".

"Mme Elohim, je présume ?

- Oui, c'est bien moi, répondit-elle, surprise, d'une voix chaude.

- Bonjour, Madame. Je suis l'inspecteur Legris. Nils Legris. J'enquête au sujet des disparitions récentes. Puis-je vous poser quelques qu'estions, ainsi qu'à votre mari ?

- Euh... bien sûr. Suivez-moi."

 

Publié dans La nuit de l'étrange

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
M
<br /> <br /> Je ne fais que passer Eryndel ! pressée mais je reviendrai demain dévorer ce chapitre de "nuit de l'étrange!<br /> <br /> <br /> Bonne soirée!<br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
E
<br /> <br /> Bonne soirée, et ravie de ton passage, même si tu es venue en coup de vent !<br /> <br /> <br /> <br />
T
<br /> <br /> Et bien nous voila avec en plus un mari infidel et qui joue avec le feu en plus <br /> <br /> <br /> Bon dimanche<br /> <br /> <br /> Amicalement<br /> <br /> <br /> Tony Yves<br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
E
<br /> <br /> Hé oui ! Tous ces gens ont des défauts.<br /> <br /> <br /> Amicalement<br /> <br /> <br /> Eryndel<br /> <br /> <br /> <br />
A
<br /> <br /> bonjour Eryndel<br /> <br /> <br /> après un peu de lecture par ici, je passe te faire un coucou et te souhaiter un bon w end. bises et A+ d' Emmanuel<br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
E
<br /> <br /> Bonjour Emmanuel !<br /> <br /> <br /> Cet après-midi je vais te rendre la politesse, après un week-end bien chargé.<br /> <br /> <br /> Bon après-midi !<br /> <br /> <br /> Amitiés<br /> <br /> <br /> <br />
É
<br /> <br /> Bonjour Eryndel,<br /> <br /> <br /> Et bien de plus en plus étrange cette affaire, j'avais 4 histoires en retard, et si les indices se mettent à disparaitre en plus, bizarre qui a dit bizarre !!! Il règne comme une petite<br /> atmosphère à la sherloch-Holmes, intrigue quand tu nous tiens...<br /> <br /> <br /> Bon week-end pour travailler ton imaginaire, au fil des pages la nouvelle devient un petit roman....Amitiés...écéa.<br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
E
<br /> <br /> Bonjour Ecéa,<br /> <br /> <br /> Cette affaire reste obscure, même pour moi ! J'ai l'impression que le récit prend son autonomie, qu'il ne m'attend qu'à contre-coeur pour se poursuivre... Autrement dit, je n'ai plus vraiment<br /> d'emprise sur l'histoire, et je suis aussi curieuse d'en connaître l'issue, même si je maîtrise encore certains éléments, des incidents prévus de longue date.<br /> <br /> <br /> Bon après-midi ! <br /> <br /> <br /> Amitiés<br /> <br /> <br /> <br />
C
<br /> <br /> Bonjour Eryndel,<br /> <br /> <br /> Prise par ton histoire, je poursuis ma lecture... A part ce déjeuner en tête à tête qui augure d'une complicité naissante entre ces inspecteurs, le suspens reste entier.<br /> <br /> <br /> Un couple "dissolu" que celui à interroger. Est-ce un point important pour l'évolution de l'enquête... A voir.<br /> <br /> <br /> A bientôt,<br /> <br /> <br /> Amitiés,<br /> <br /> <br /> Cathy.<br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
E
<br /> <br /> Bonjour Cathy, <br /> <br /> <br /> C'est certain, il va être difficile à nos enquêteur de débrouiller les fils de l'intrigue.<br /> <br /> <br /> Bonne journée !<br /> <br /> <br /> Amitiés<br /> <br /> <br /> <br />