La nuit de l'étrange (19)

Publié le par Eryndel Lùvalan

L'agent Da Luz baissa les paupières sur sa main, semblant réfléchir. Nils, dans l'attente de sa réponse, contemplait la courbe douce de son visage, en songeant qu'il était bien étrange qu'une femme si frêle en apparence soit en réalité si forte. Une expression lui revint en mémoire. Une main de fer dans un gant de velours. Oui. C'était cela. Elle rayonnait d'une douce lumière intérieure, semblait la pureté, la grâce et la fragilité incarnée, mais elle était capable d'une détermination sans faille dès lors qu'il s'agissait d'accomplir une tâche ou d'entraîner les autres à suivre son exemple.

Tout le contraire de lui, Nils Legris. Oui. Lui, le grognon, le grincheux, l'ours mal léché colérique à souhait, n'était pas doté d'une telle volonté. Il râlait trop pour réfléchir efficacement, sabotait sa propre enquête par mauvaise volonté, sans même s'en rendre compte. Honte sur lui. 

La voix cristalline d'Angelica le tira de ses ruminations.

"Nils, tu es stupide.

Il baissa les yeux comme un enfant pris en faute.

- Mais tu as fait de ton mieux pour rattraper ta négligence. Ceci dit, entre nous... crois-tu vraiment que j'aurais pu commettre l'erreur d'attendre que tu te rendes compte de ta négligence ? Je ne pouvais pas te laisser compromettre l'enquête. Alors... hier, avant d'aller interroger Paul Dolmert, je suis passée au laboratoire récupérer ceci, expliqua-t-elle en tirant un document du tiroir de son bureau.

Legris, curieux, saisit la feuille qu'elle lui tendait. Il lut le titre, "Analyse A.D.N de l'échantillon n°7351".

- Mais... quand ? bégaya-t-il, surpris.

- Je suis arrivée avant toi, la nuit où nous avons été appelé sur les lieux par le commissaire. J'en ai profité pour lui demander quelle était la situation, et quand il a répondu que c'était, comme d'habitude, une flaque de sang par terre, qui coïnciderait, comme toujours, à la signalisation d'une disparition le lendemain matin, j'ai demandé si ses agents pourraient faire un prélèvement pour l'analyser une fois que nous serions partis.

- Vous avez fait cela ?

- Oui. Après, je n'y ai plus pensé, mais quand nous sommes repartis chacun de notre côté, je me suis prise à songer que... tu n'avais pas fait de prélèvement, alors que tout enquêteur l'aurait fait par réflexe.

- Je suis désolé, je...

- Tu l'as déjà dit, Nils, et je l'ai bien compris.

- Pardon.

- Arrête de t'excuser, rit-elle. Comment veux-tu réussir à avancer dans l'enquête si tu as une aussi piètre idée de toi ?

- Dé... Il s'interrompit, confus, et elle rit encore, sans moquerie. Il n'y avait plus aucune dureté dans son regard lumineux, et elle rayonnait de nouveau. Cela rassura Nils, qui se dérida enfin.

- Reprenons notre sérieux, dit la jeune femme avec douceur. En ce qui concerne ce papier que je t'ai remis, tu verras que la théorie développée par Paul Dolmert est la bonne : ce sang n'est pas humain, mais animal ! En fait, nous devrions éplucher toutes les annonces de disparition de chats dans cette ville.

- Attends, des chats ? Nous devrions peut-être nous renseigner sur la symbolique de cet animal. 

- Oui, acquiesça Angelica.

- Et... Si ce dérangé ou ce groupe est prudent, ce n'est pas dit que des chats domestiques aient disparu, n'est-ce pas ?

- Tu as raison. Il peut aussi - ou ils peuvent - avoir choisi plutôt de ramasser les chats de gouttière. Mais ce n'est pas dit ! Même appâtés par la nourriture, ceux-là ne se laissent pas approcher si aisément. Qui plus est, il leur faut peut-être des chats d'une robe particulière ! Le pentacle à l'endroit est sensé servir dans les rituels de magie blanche...

- Donc il pourraient avoir décidé de tuer des chats blancs, c'est ça ?

- Ou des chats noirs, parce qu'ils méritent la mort en temps que symboles de Béelzébuth. Tout dépendra du point de vue de ce - ou ces - suspect(s). Et il serait bon de savoir s'il(s) maîtrisent le sujet ou s'il s'agit juste d'un individu ou d'un groupe superstitieux."

Publié dans La nuit de l'étrange

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
A
<br /> <br /> Bonjour Eryndel<br /> <br /> <br /> Un roman qui m'a l'air bien captivant.<br /> <br /> <br /> J'ai lu les deux derniers chapitres. En ce moment je n'ai pas trop le temps.<br /> <br /> <br /> Je profiterais de mes vacances prochaines (dans une semaine) pour revenir et lire entièrement ton roman policier.<br /> <br /> <br /> A bientôt<br /> <br /> <br /> Bon dimanche<br /> <br /> <br /> Amitiés<br /> <br /> <br /> Almaya<br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
E
<br /> <br /> Bonsoir Eryndel<br /> <br /> <br /> Mon petit passage du soir ..pour vous souhaiter de beau rêves une douce nuit avec des bisous féerique Fée Evy<br /> <br /> <br /> <br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
E
<br /> <br /> Merci Evy ! Bonne soirée également.<br /> <br /> <br /> <br />
B
<br /> <br /> Coucou Eryndel<br /> <br /> <br /> Bon samedi<br /> <br /> <br /> Bises félines<br /> <br /> <br /> Béa kimcat<br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
E
<br /> <br /> Bonjour Béa !<br /> <br /> <br /> Merci, bon week-end à toi aussi !<br /> <br /> <br /> Chamitiés<br /> <br /> <br /> <br />
:
<br /> <br /> Bonsoir, week-end reporté et oui monsieur est malade et moi encore ma gorge.J'espère que toi tu vas mieux.Bisous et bonne nuit.<br /> <br /> <br /> <br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
E
<br /> <br /> Bonjour Prinpr' ! Je vais mieux, oui. Bon rétablissement à monsieur, surtout !<br /> <br /> <br /> Passe un bon dimanche malgré tout.<br /> <br /> <br /> <br />
T
<br /> <br /> Un petit coucou matinal,<br /> <br /> <br /> Bonne journée<br /> <br /> <br /> Bisous<br /> <br /> <br /> timilo<br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
E
<br /> <br /> Très matinal, effectivement ! Bonne journée à toi aussi ! Amitiés<br /> <br /> <br /> <br />